• No 1/2020

    L’appel lyrique : altération et altérité

    No 1/2020

    Loin des clichés qui asserviraient les œuvres lyriques à une expression de soi, les études critiques réunies dans cette première édition en libre accès soulignent combien la critique de la poésie se trouve aujourd’hui face à une mutation importante. Davantage que le passage au numérique, après le temps d’interrogation de la performance, les auteurs publiés ou traduits ici montrent combien il est nécessaire de penser la poésie lyrique à la manière d’une « transaction » (Congrès MLA 2018) entre des composantes qui seraient en tension, mais aussi souvent en association. En cela, le titre du congrès mondial de l’International Network for the Study of Lyric à Lausanne, en 2019, reste une étape emblématique de la démarche : nous devons sans doute penser à partir de « l’entre-deux lyrique ».

    Tous les spécialistes présents dans ce numéro évoquent l’impossibilité de comprendre la notion de « lyrique » comme une essence, un mode d’énonciation universellement valable et identifiable, ou encore des formes anhistoriques. Au contraire, ils cherchent à travers une série de conjonctions, de résistances, de zones troubles, des points qui amènent un horizon commun, à travers les disciplines. La critique du lyrique se porte désormais avant tout sur les frontières génériques, historiques, modales ou médiales, afin de débusquer ce qui fait définition et sens partageables. Si les objets du lyrique varient d’une étude à l’autre, les relations restent plus constantes. Ainsi se trouve réunie une partie de la critique mondiale actuelle de la poésie, la « fine fleur », dira-t-on, qui permettra aux chercheurs, aux étudiants, aux enseignants, ainsi qu’aux amateurs plus largement, de lire en français l’état de la réflexion internationale sur la poésie et le lyrique de nos jours.

    Antonio Rodriguez                                                                                                                                                                        Université de Lausanne, CH