Les oppositions « langue moderne / langue ancienne », « langue vivante / langue morte », « langue naturelle / langue artificielle » à l’épreuve de l’apprentissage : introduction à six études de cas sur les méthodes de l’apprentissage des langues étrangère
PDF

Comment citer

Francesca , D. (1). Les oppositions « langue moderne / langue ancienne », « langue vivante / langue morte », « langue naturelle / langue artificielle » à l’épreuve de l’apprentissage : introduction à six études de cas sur les méthodes de l’apprentissage des langues étrangère. Cahiers Du Centre De Linguistique Et Des Sciences Du Langage, (62), 7-16. Consulté à l’adresse https://edipub-unil.ch/index.php/clsl/article/view/941

Résumé

Comment change l’apprentissage d’une langue d’après son statut de langue moderne vivante, de langue ancienne « morte » ou encore de langue construite « non-naturelle » ? À travers six études de cas, sept experts de langues vivantes (telles l’anglais et le français aujourd’hui, le russe pendant le XXe siècle, mais aussi le latin dans l’Antiquité), de langues anciennes (telles le latin et le grec ancien aujourd’hui) et de langues construites (telles l’elfique et l’esperanto) décrivent différentes méthodes et modèles d’enseignement. Les auteurs présentent leurs expériences qui sont fortement ancrées dans la réalité de la classe et/ou reconstruisent minutieusement les méthodes et instruments à dispositions des enseignants et des apprenants à une certaine époque. De la présentation des dispositifs didactiques de l’Antiquité gréco-romaine (E. Dickey) à l’intégration des arts performatifs et à la relecture d’anciens traités de rhétorique (J.-R. Lapaire), de l’application de méthodes directes à la classe de langues anciennes (F. Dell’Oro & A. Kolde) à la présentation du russe comme une langue « archaïque » à des fins didactiques (D. Zalesskaya), de l’apprentissage des langues complexes qui évoluent dans le temps et dans l’espace  de l’univers fictionnel de J.R.R. Tolkien (D. Bador) à l’idéal d’une langue commune de toute l’humanité telle l’esperanto (S. Moret), il en ressort une image de continuité, où chaque expérience peut apporter une contribution à partager dans le domaine de l’apprentissage des langues étrangères. Concernant la question posée initialement, le volume montre qu’à l’épreuve de l’enseignement les différences entre les langues modernes, anciennes ou construites apparaissent moins nettes que ne le suggère le système d’enseignement traditionnel. 

PDF
Creative Commons License

Ce travail est disponible sous la licence Creative Commons Attribution 4.0 International .